mercredi 25 septembre 2013

La Grève ( anglais: Atlas Shrugged )

Chers Amis, vous commencer tous vos boulots, vos unifs, vos écoles, et vous me demandez où j'en suis. La réponse est simple: les universités sont en grève, les profs et le secrétariat manifestent, moi je peux même pas m'inscrire à l'unif, alors les cours oubliez. Je peux passer devant sur le chemin de l'Institut Goethe où je me suis également inscrit.

Université après la manifestation. La photo tangue un peu.
Plus généralement, à Athènes pour l'instant avec la mort du rappeur, il y a des manifestations partout, ce qui est assez embêtant quand tout d'un coup le métro passe certains arrêts, sachant que les stations de métro à Athènes sont bien espacées, pas comme à Bruxelles où Gare central est à 50 mètres de Parc. Mais ça c'est sur la place de Parlement, on peut dire que c'est logique, mais je suis même tombé sur des manifestant en allant à la supérette dans les quartiers ouest d'Athènes, la où tu t'attend pas à les voir.

Manif genre avenue de Stalle ou autre trou du cul de BXL
Analyse d'image: Dans le fond une église orthodoxe parfaitement entretenue, c'est les seul bâtiments avec l'Acropole à être toujours impeccables et restaurés tout les dix ans. Sur le coté droit les meneurs, des gamins qui me gueulent dessus car je prend la photo et que vont ensuite venir dans ma direction me prenant pour un flic en civil.  Derrière la banderole le reste de l'école, car c'est une école qui a abandonné les cours et organisé une manif à la place.






lundi 23 septembre 2013

Insulter les fascistes jusque dans les chiottes.

  Mercredi 18 septembre, Pavlos Fyssas (Παυλος Φυσσας), un rappeur connu sous le nom de killer-P à été tué par un membre d' l'Aube dorée. Cet évènement à produit une onde de choc qui a touchée toute la Grèce et qui pourrait arrêter l'avancée de l'Aube dorée. J'ai voulu écrire un article sur le sujet, mais je n'ai pas les connaissances et le vécu pour le faire, et cet article ne serait qu'un résumé des diverses sources que j'ai lu, qui souvent ne sont même pas grecques. J'ai donc préféré reporter mon article sur l'Aube dorée à un autre jour et choisir pour aujourd'hui un sujet plus trivial.



En Belgique, nous sommes tous tombés en rentrant des les toilettes d'un café un peu alternatif sur des stikers "niemand is illegaal" "feu aux prisons" ou avec le logo du bonhomme qui jette la croix gammée à la poubelle.
  En Grèce, il en est de même, mais dans 50% des toilettes, et pas seulement dans les cafés métalleux mais aussi dans les restaurants tout ce qu'il y a de plus familial, chez des vendeurs de pitas, des cafés du style starbuck voir des musées.  

  Plutôt que de de me promener dans les toilettes de la ville pour prendre en photo tout les stickers, j'ai préfèré choisir une toilette mais en produire une analyse complète et détaillée. Comme en plus en Grèce on vous apporte toujours une grande carafe d'eau, j'ai pu visiter le lieu à plusieurs reprises pour pouvoir en ressentir l'ambiance subtile et essayer de la retranscrire avec le maximum de fidélité.

  Le restaurant où se trouve la toilette qui est notre objet d'analyse est un lieu plutôt hipster, fréquenté par des trentenaires à chemise ou à t-shirt intellectuel parfois coupellé à une moustache hipster. Il propose des jeux de société, une agréable terrasse, et de la nourriture de qualité passable, à des prix assez bas. 
  Les toilettes en elles-même sont composées d'un évier commun, puis d'une toilette homme et une toilette femme, la différence entre les deux étant marquée par une peinture artistique qu'il faut examiner avec attention pour comprendre où aller, la toilette homme étant indiquée par une forme floue qui semble vomir dans la cuvette. C'est donc cette toilette que nous analyserons présentement.

Les photos

Un des slogans récurant des anti-fa est le fait qu'ils pendront ou tuerons tout les fascistes, ce qui est assez ironique quand on sait que c'est plutôt les membres de l'Aube dorée qui tuent des antifa qu'autre chose. Il est écrit sur la première photo "Fascistes ordures, les potences arrivent"



La prochaine photo parle de killah-P, le rappeur que a été tué par l'Aube Dorée cette semaine. Avec encore une fois la phrase sur la potence des fascistes.



En rouge, "Où est Jimmy ?" Je crois pas que la toilette répondra.


Ici deux affiches plus ou moins intactes. La première apposée ici par les antifa de l'île de Chios, île très communiste depuis qu'on y a déporté les cadres du parti pendant la dictature. La sur la deuxième affiche il est écrit en grand  "Contrôleur [des bus], la honte n'est pas un métier" puis en dessous "Pour le meurtre de Thanassis Kanaoutis par un contrôleur le 14 août 2013", un étudiant qui à sauté du tram en marche quand il à vu le contrôleur. Il s'est cogné la tête contre le sol et en est mort. La version de l'extrême gauche étant que le contrôleur l'a poussé dehors, à l'époque (il y a un mois) il y avait eu des émeutes.




Le gosse de l'affiche jaune fait quand même ridicule, on dirait qu'il boude.

Enfin, la plus belle partie du mur, le bordel complet.

Il y a une première affiche de Kill Bill qui indique " Dégommez les fascistes et leurs maîtres", l'affiche est un peu déchirée. Ensuite :

- Je suis un fasciste et quand je ne mange pas de la merde je décolle des autocollants antifascistes des toilettes.La citation est barrée, et il est écrit en grand "Va te faire foutre"

- Petit con, nous savons que tu trolles, antifa. Mais tu n'as rien de plus intéressant et utile à dire aux gens qui chient ici ? C'est un antifa, pas un troll

- Je ne suis ni un troll, ni un gobelin, je fait de l'ironie contre les sales fascistes qui décollent les affiches antifa, si tu le comprends pas devine qui est le petit con. Antifa va!



C'est tellement le bordel que tu peux venir pisser trois fois sans t'ennuyer.

jeudi 19 septembre 2013

Sauvagerie

Les dieux immortels ont lâchés les chiens de guerre sur Athènes,
Toute la nuit je me battait dans les rues 
J'ai tué des faschistes, j'ai tué des antifas
Ma sauvagerie est reine, mon couteau est roi

Je suis violance et cette ville sera mienne.



Mouahahah :


mardi 17 septembre 2013

Rubrique vélos écrasés (1)

Je ferais de grands articles illustrés pour parler de thèmes, mais j'ai des tas de choses qui arrivent et qui ne méritent qu'un petit entrefilet. J'inaugure donc la section vélos écrasés.


   Ce matin, je descends au centre, et quand je sors du métro, surprise ! Je tombe sur ma première manifestation grecque. Des gens avec des banderoles qui crient et chantent avec sur les coté des gens en scouter allant au pas et qui klaxonnent. Dans tout les cafés des alentours, des policiers anti-émeute qui boivent des frappés à un euro.
   Ces gens sont les personnes entre autre des secrétariats universitaires où je dois m'inscrire. Ce qui fait que alors que je devrais genre faire des dossiers pour aller à l'unif j'ai rien à faire. Donc je vais à la mer et à la montagne (vous aurez les photos de la montagne).

Également, alors qu'on marchait dans le quartier anarchiste, ma cousine devait me rendre l'argent que je lui avait prêté, et on se posait une question: où trouver une banque qui n'ai pas encore été brûlée. Ceux qui viennent en Grèce je les emmènerai sûrement dans ce quartier.

Bon, je vais essayer de dormir maintenant, car avec cette foutue vague de chaleur, je reste réveillé jusqu'à trois heures du matin. Avant hier il faisait genre 28 degrés de jour et c'était supportable, mais maintenant qu'on est dans les 32 je dois attendre que la température descende, je viens même de saigner du nez.

Edith Piaf: On me demande pourquoi je ne met pas de photo de la maison, c'est parce que j'attends la semaine prochaine que j'achète ce sont j'ai besoins. Voilà ma liste jusqu'ici:

1) Des cadres;
2) Une table de chevet;
3) Un canapé;
4) Des cintres;
5) Un grand couteau de cuisine;
6) Ustensiles de cuisine en plus du grand couteau, casseroles, fourchettes, assiettes etc
7) Raclette pour le bain:
8) Rideaux, là j'ai un grand drap sur le montant des rideaux;
9) Tapis de bain;
10) Table basse pou le canapé;








lundi 16 septembre 2013

Dilemme

   Dés le premier soir où je suis est sorti s'est présenté un problème que j'attendais, mais pas si tôt. On rencontre un amie de ma cousine, et après avoir mangé et bu viens la question: "j'ai étudié sage femme, est ce qu'il y a moyen de travailler là-dedans en Belgique ?"

   Comme ce genre de questions risque de se multiplier, surtout si je traîne avec des amis de ma cousine qui à trente ans sont soit au chômage soit font des petits boulots sans rapports avec leur études. En l'occurrence, la fille avec qui j'ai discuté qui est sage femme, travaille comme serveuse dans plusieurs bars, le midi et le soir, et elle gagne "bien" sa vie avec un peu plus de 1000 euro par moins. Elle pourrait travailler à plein temps comme sage-femme en Grèce, mais elle gagnerait alors 450 euro par mois, pas assez pour vivre normalement. Elle parle le Français pour l'avoir étudié au lycée, donc un peu comme vous pour le néerlandais. Et il y a quantité de cas similaires.

   Personnellement, j'ai tendance à penser que si tout les gens un peu intelligent et formés partent de Grèce, il n'y aura plus personne pour construire le pays et faire tourner une économie un peu diversifiée lorsque la crise se sera calmée.
   Contrairement aux années soixante où c'était des ouvriers non-qualifiés qui quittaient le pays, actuellement c'est des gens qui ont une certaine formation qui partent, et restent les pistonnées/riches, les barakis (appelés ici les kangourous) et les gens travaillant dans l'agriculture ou les petits métiers de service, que ce soit ou pas en lien avec le tourisme. Sans compter que dans les année soixante, sur les trois enfants, l'un partait travailler à l'extérieur, alors qu'aujourd'hui, c'est l'enfant unique qui part.

   Donc pour ne pas me retrouver avec un pays irrémédiablement vidé de ses forces vives, j'espérerai que les Grecs ayant des boulots existants en Grèce survivent le temps qu'il faut pour que ça aie mieux. Que les chercheurs en nanotechs se cassent c'est logique car il y a pas d'entreprise du genre en Grèce, ils vont pas rester ici à se tourner les pouces, mais les médecins, c'est déjà autre chose.

  D'un autre coté, pour ces personnes, partir c'est l'espoir de gagner de quoi vivre bien mieux qu'en Grèce, et ils n'ont à la base aucune envie de partir, ils ont leurs amis ici, leur famille, si ils voulaient partir avant ils l'aurait fait, ils ont trente ans. Donc je me vois mal à 21 ans venant de Belgique leur dire de rester en Grèce.

Pour l'instant comme je sors souvent avec ma cousine, c'est elle qui décide de les encourager à venir, donc bon, moi je ne fais que donner des informations, mais quand elle partira ou quand je verrais des gens sans elle, je dois quand même penser à trouver une ligne de conduite.

Indépendemment de ceci, rappelons quand même que Bruxelles compte 20% de chômeurs, et que aucun Grec sensé n'a pensé à parler le Néerlandais. Une amie de ma cousine partie à Bruxelles (j'ai faillit écrire "venue  ici") n'a rien trouvé dans son domaine en quatre mois et est revenue en Grèce. De plus au niveau des sages femmes, selon JDBC c'est bouché. Les gens ont tendance à idéaliser un peu l'Europe, et je peux recadrer leur vision par des faits.


   Donc vous pouvez me donner votre avis sur ce problème dans les commentaires.

En attendant une photo depuis ma porte, d'une baraque typique.

dimanche 15 septembre 2013

Premières impressions

Gloire au souvlaki original grec, qui pour 1.90 euro vous donne à manger du gyros ou une brochette, mise dans du pain huilé avec du tzatziki, des oignons et des tomates. Grace à sa taille, il permet de faire ce qui n'est pas possible en belgique, moduler la quantité. Un durüm c'est souvent plus qu'assez trop, et si on a vraiment faim, 2 durums c'est quand même beaucoup trop. Tandis que ici on peut moduler, deux souvlaki plus une brochette de poulet si on a faim, un souvliki si on a juste un petit creux etc

Pas gloire  au seigneur notre maître, Jésus, le jardinier mexicain. Je suis encore tombé à coté d'une église d'évangélistes (au fond de mon jardin, après les garages on a une espèce d'école d'où sortent des tas de gospel foireux doublé d'amplis 30 watt à puissance maximum). Ici ils chantent depuis le matin ... pendant tout le dimanche ... Déjà que j'aimais pas des masses ces ''islamistes d occident'' ça risque pas de s'arranger.

P.S. j'ai le téléphone gratuit vers les fixes en Belgique

P.S.2 Mes couteaux se sont bien acclimatés, j'avais peur qu'ils s'habituent pas à la chaleur. Je vais devoir aller leur acheter un grand frère couteau de cuisine.
On est des couteaux heureux.



samedi 14 septembre 2013

Jour de départ ...


 photo tumblr_mm3qym41Tq1r8dy8go1_r1_400_zpsba648afd.gif

... tartare de vautour.


Edith: je suis bien arrivé. 

A l'aéroport j'entends "Dimitri" avec un accent grec, je me retourne ... et évidemment c'était un autre Dimitri.

Edith Cresson: Bienvenu en Grèce, où il fait 22 degrés à quatre heures du matin. Avec cette chaleur j'arrive toujours pas à dormir. 

jeudi 12 septembre 2013

Un petit tour et puis s'en vont ...

Avant de partir, j'avais envie d'aller allumer une bougie à l'église Saint Dimitrios de Aachen, pour me souhaiter bonne chance. Donc j'ai armé une expédition, pris les hommes du voyage de Bonnieux pour aller jusque là et voir ... que cette putain d’église était fermée ! Feignasse de popes, je rentre en Grèce je me lie aux néopaganonazis et je sacrifie un pope noir à Jupiter olympien aryen.

Bon, alors le voyage, il y a pas trop de chose à raconter, sauf que l'on a vu deux camions de la même entreprise se croiser sur l'autoroute et que Simon semble croire que c'est un évènement d'ampleur cosmique digne d'être raconté sur mon blog. Je vous mets juste les photos.

Il nous a bien plu à la gueule, mais on a eu un double arc-en-ciel.

Ouvrir la fenêtre de Simon sous la drache.
Les écoles maternelles contre l'Islam.



Bref on a quand même passé une bonne journée. 

P.S. Enfin j’espère, si ça se trouve les autres pensent que c'était de la merde et sont bien contant que je me casse, moi et mes plans foireux.

P.S. 2 Je les ai quand même fait se garer puis marcher deux kilomètres pour aller à un Burger King qui avait un Drive-in.

mardi 10 septembre 2013

MunPunt, Vlaamse Standaard in Brussel, taratatam tadam poum

Depuis trois ans que je vais à Saint-Louis en vélo, je passe devant la bibli Flamande place de la monnaie, qui est en rénovation depuis au moins 4 ans. C'est tout juste si je me souviens encore de l'époque où j'allais y louer des CDs des Who et de Michael Jackson avec mon père.

Et donc après ces interminables années où je passais tout les jours devant, maintenant que j'ai fini Saint-Louis, deux jours après mes résultats, les haut dignitaire flamands se sont dit que je ne risquerais plus de venir mettre le feu à la bibliothèque,  et on crût pouvoir l'ouvrir en stoemmelings. Et ben non, trois ans que je passe devant, j'avais quand même envie de voir le résultat.


Tout d'abord, lorsqu'on rentre, il y a environ cinq gardes postés à l'entrée, ils doivent avoir peur qu'un gang de vieilles vienne défoncer l'entré à la chaise roulante-bélier pour voler le dernier CD de Clouzeau. Comme je n'ai pas pris mon appareil photo, je vais essayer de reconstituer l'entrée grâce à la magie des effets spéciaux.





Car oui, la première chose qu'on se dit quand on rentre dans le bâtiment, c'est "putain, mais combien ça a coûte tout ça ?", l'autre bâtiment auquel il me fait penser c'est le musée de l'Acropole pour tout dire, musée de l'acropole qui est génial mais à coûté genre 130 millions d'euro.

L'autre chose qui me fait penser à un musée, c'est les genre cinquante employés qu'il y a dans le bâtiment, ça doit être la même ambiance de garderie qu'au Parlementarium (musée du parlement européen où travail ma cousine). Le dernière étage de la bibli est même réservé au personnel. A vrai dire, je me demande si les visiteurs ne sont pas aussi des gens du personnel pour faire semblant qu'il y a du monde, un grand village Potemkin pour les Flamands.

Comment réussir à placer le moins de livre dans le plus d'espace.

Les livres jurent terriblement avec l'ensemble, il faudrait penser à les remplacer par une statue de Modigliani.

Après il y a bien aussi  une salle informatique, et des ordinateurs partout ailleurs, de toute forme de toute couleurs, avec des casques, sans casques, parfois sans clavier, parfois sans souris, parfois une vidéo promotionnelle dessus, plus généralement on à l'impression qu'ils sont tellement nouveaux qu'il faut installer Windows avant de les utiliser. Muntpunt doit avoir autant d'ordinateurs que le service informatique de l'ULB. Et bon, les deux types qui sont-là pour gérer la salle informatique, ils te voient chipoter à tout dans l'espoir de réussir à ouvrir un ordi, ils viennent pas t'expliquer.

Pour finir, je suis arrivé tout en haut, d'un coté l'étage du staff qui semble avoir une cafétéria avec une vue panoramique de Bruxlles qui m'attirait plus que dans tout le reste du bâtiment, de l'autre, une salle de fête et une salle de réunion où j'ai surpris un exposé powerpoint ou on expliquait aux nouvelles recrues (putain, si il y en avait plein dans le bâtiment et que en plus il y en avait encore plus en formation, combien il y a de personnel dans ce machin) comment le Munpunt doit influencer et vervlaamser la ville.


Après, il faut voir si c'est pas possible d'aller étudier en blocus là dedans,la dedans, c'est à ça que semblent servir toutes les chaises et les alcôves colorées qu'on trouve un peu partout. Il y a aussi des tas de film et des CD mais c'était déjà le cas dans l'ancienne bibli. Ils louent aussi des jeu, quand j'ai vu ça, j'ai pensé logiquement à des jeux vidéo, mais non, ils louent des jeu de société, putain de hipster.  

J'aime la nature et le néerlandais.




Donc, Munpunt, c'est le nouveau navire amiral de la Vlaamse Gemeenschap à Bruxelles, avec la volonté affichée d'être le point de ralliement de la culture Néerlandophone de la Ville, à la monnaie coté du Standaard Boekhandal et du centre Flamando-Marocain. Le problème, c'est que la culture ne s'achète pas à coup de millions, et même si on a pitié des gens du ministère qui font des présentations powerpoint pour voir comment promouvoir le néerlandais, au final ça reste de l'argent publique dépensé en n'importe quoi, pour des collections qui sont restés les mêmes, et qui offrent moins de choix de CD que la FNAC.





lundi 9 septembre 2013

De quoi décorer mon appartement ...

En Grèce, j'ai trouvé (ou plutôt ma famille m'a trouvé) un joli appartement de 40 mètres carrés pour 200 euro par mois. Et je me dit qu'il faudra bien le personnaliser, pas avoir un banal kot.

Et donc, hier où j'étais sorti boire un verre lors d'une enieme soirée "je-vous-revois-dans-un-an-sauf-si-vous-venez-en-grèce" avec JDBC, TD et MF, en rentrant, on voit des barrières, on décide que ce serait drôle de les mettre sur la route pour barrer le passage aux voitures. Résultat après l'avoir fait des gens juste derrière les défont immédiatement et nous insultent, mais on a pris gout à la délinquance.

Donc, sur le chemain du retour, j'ai fait mes emplettes pour trouver des poster a mettre en Grèce, et je suis rentré chez moi avec le vélo aussi chargé que celui d'un chinois ferrailleur. Voici ma récolte.



jeudi 5 septembre 2013

Articles plus ou moins test hein

     Avant de partir j'ai fait un petit check-up des différentes pièces défectueuses de mon organisme. Non pas que je n'ai pas confiance en la médecine en Grèce mais rien que penser aux démarches à réaliser pour faire rembourser les soins par ma mutuelle et en celle de ma mère, je me dis que ce sera plus facile d'adopter la technique du dictateur arabe/africain. Dés qu'on à plus qu'un rhume on rentre chez les méchants colonisateurs se faire soigner.

J'ai découverts que mes genoux sont peut-être un peu faible et qu'il faut les ménager, genre que je ne peux plus faire le tour d'Europe en vélo ( rien à foutre, je le ferai en tandem et j'engagerai un chinois pour pédaler).

Pour fêter ça, j'ai été faire du skate avec Stenier (comme on le sait, le skate est très bon pour les genoux), et j'ai fait la course en vélo avec Lidia en voiture, dans un Need for speed - Brussels bike craziness d'anthologie où j'ai roulé plus vite qu'elle de Evere à Botanique sur un vélo plus lumineux qu'un sapin de Noël (tu as peut-être ton permis mais je vais encore plus vite que toi, Gourgandine). Car oui les gens, un vélo conduit par Dimitri va plus vite que la voiture, le tram et la péniche à Bruxelles.


Ci-dessous/Hieronder, la roue tunée de mon vélo, pour attirer l'attention de tout ce qui se déplace à Bruxelles la nuit.

video

mardi 3 septembre 2013

Pourquoi la Grèce



Pourquoi partir une année, au milieu de mes études pour rentrer en Grèce où en définitive je n'ai pas grand monde ? Surtout si c'est pour ne rien faire de productif à part quelques petits cours de langue pour  passer le temps ?

Je crois que la première raison pour laquelle j'ai décidé de faire une pause avec l'unif, c'est une envie de liberté loin du cadre quasi-infantilisant qu'avait Saint-Louis. Car au nom de l'aide aux plus faibles, Saint-Louis nous impose une présence aux cours et surtout aux TP qui semble plus adaptés aux hautes-écoles qu'a une université où on commence notre scolarité par nous dire que l'on est "majeurs et vaccinés". Le leitmotiv suivant du doyen devenu recteur, "étudiant est votre premier métier" sous entend que le reste passe bien après. Et venez pas justifier le fait de rater un TP par le fait que vous avez un voyage à Vienne.

Donc le but en Grèce est de faire l'inverse, de faire ce qui me passe par la tête, partir quand je veux où je veux pour le temps que je veux, découvrir du pays, faire des choses que je n'ai pas le temps ou l'envie de faire de retour de l'unif, surtout lorsque l'on fini trois jours par semaine à 20h.


Ensuite bien sur, pourquoi la Grèce ?

Au contraire de Jacqueline de Romilly, je n'ai pas choisi la Grèce, je suis né Grec, des deux parents, et ma mère a veillée à ce que je parle suffisamment la langue pour ne pas pouvoir considérer la Grèce comme un simple héritage folklorique.

Sauf que je n'ai pas de contacte avec le pays réel, y aller en été ne donne qu'une image tronquée du pays. Je ne connais pas non plus beaucoup de Grecs, que ce soit en Belgique ou en Grèce d'ailleurs. Comme je ne peux pas ignorer la Grèce, je dois donc aller à sa rencontre quitte à être déçu, pour essayer de tirer au claire les relations que j'aurai avec cette partie de moi. Peut-être que je voudrai aller y vivre, peut-être que je détesterai, peut-être que je préfèrerai au final une existence bourgeoise en Belgique tout en gardant un certain contacte avec le pays. Je n'en sais rien, mais si je n'essaye pas, la Grèce restera une ombre au dessus de ma vie en Belgique (ou d'ailleurs).